1350-image1-fr1424779963.jpg

Une e-logistique fluide et harmonieuse pour booster le E-commerce en Europe

Pour proposer des livraisons transfrontalières en Europe, le e-commerçant doit trouver le bon service de livraison, connaître les lois du pays, les coûts… et livrer en temps et en heure. Alors, pour booster le chiffre d’affaire du e-commerce et la confiance des consommateurs, l’association E-commerce propose de développer une coordination optimale pour les livraisons transfrontalières européennes. Et il y a de quoi cogiter pour améliorer les services de livraison en Europe.
 
 
Avec 361,1 milliards d’euros de chiffre d’affaire en 2013, soit une augmentation de 16,3 %, les ventes en ligne européennes se portent bien. Mais en harmonisant les règles du vieux continent qui régissent le e-commerce, les e-commerçants pourraient améliorer leur chiffre d’affaire et les achats sur internet seraient facilités.
 
Un des points soulevé par l’association E-commerce Europe est l’amélioration de la e-logistique, car les consommateurs oublient les frontières quand ils achètent en ligne.
En harmonisant la logistique des ventes en ligne européennes, le e-commerce générerait une croissance plus forte, créerait des emplois, gagnerait une plus grande confiance des consommateurs.
 
 
 
 
 
 
 

Bref topo sur l’association E-commerce Europe

 
L’association E-commerce Europe représente depuis 2012 plusieurs fédérations nationales du e-commerce. C’est elle qui parle à l’oreille des institutions européennes pour porter les intérêts des e-marchands.
Elle se propose d’être un "one-stop-shop", un seul et même endroit où toutes les questions sur le e-commerce européen seraient étudiées : études de marché, de données, questions politiques, données nationales…
 
« Il est essentiel que les e-commerçants fassent entendre leur voix au niveau européen. Jusqu’à présent, il n’existait pas d’organisation structurée impliquant directement l’ensemble des acteurs du e-commerce. Or les ventes sur internet, par essence, ne connaissent pas les frontières. Le marché européen offre de nombreuses opportunités pour les e-commerçants et la vente en ligne de produits et de services se fait de plus en plus à l’échelle internationale. Cela impose que cette branche du commerce ait une voix forte et claire à Bruxelles au nom de ses acteurs ».

 
L’association E-commerce Europe a plusieurs objectifs :
  • Améliorer la réussite de l’industrie du e-commerce B2C européenne,
  • Fournir une représentation solide et efficace de l’industrie B2C e-commerce vers les parties prenantes européennes,
  • Promouvoir les intérêts de l’industrie B2C e-commerce avec les décideurs politiques et autres parties prenantes,
  • Fournir des recherches approfondies sur le marché européen de l’e-commerce,
  • Abattre les obstacles au commerce électronique transfrontalier.
 
Elle axe ses actions sur cinq grands thèmes liés au e-commerce :
  • la sécurité Internet et la vie privée,
  • les droits des consommateurs,
  • le e-paiements,
  • les questions fiscales,
  • la e-logistique.
 
Dans ce dossier, nous nous attarderons sur les propositions de E-commerce Europe concernant le volet e-logistique
 
 
 

L’amélioration de la e-logistique européenne

 
Aujourd’hui les coûts de livraison transfrontalière sont deux à trois fois plus élevés qu’une livraison locale. Aucune forme d’harmonisation existe sur le sol européen. Chaque pays a ses particularités. Et dans la smala européenne il y a de quoi défricher. L’association E-commerce Europe propose plusieurs solutions pour développer les ventes en ligne en Europe :
 
 

Plus de transparence sur les données locales

 
Les acteurs du e-commerce européen doivent avoir accès :
 
  • aux spécificités juridiques locales comme les droits des consommateurs, les règles de DEEE (Déchets d’équipements électriques et électroniques), le droit de transport par pays, d’indemnisation des sinistres, etc.
  •  
  • à une liste des fournisseurs de services logistiques avec un tour d’horizon sur leur identité, 
  •  
  • aux informations sur la taille du marché e-commerce des pays européens comme la part de marché des services de livraison (livraison à domicile standard ou express, etc.).
 
 

Des coûts plus attractifs pour développer les flux transfrontaliers 

 
La concurrence est rude lorsqu’un e-commerce s’attaque au e-commerce d’un pays transfrontalier. Les locaux dominent le marché avec des coûts d’expédition beaucoup plus faibles. Ces écarts de prix minent le développement du e-commerce européen. Les solutions de E-commerce Europe :
 
  • consolider de volume logistique en créant des voies commerciales internationales qui seront partagées par les e-marchands,
  • créer des développements informatiques standards et ouverts pour harmoniser l’étiquetage et les fichiers EDI (Electronic Data Interchange) pour un marché plus fluide entre les fournisseurs et les expéditeurs,
  • développer de nouveaux produits de livraison qui répondent aux besoins des commerçants et des consommateurs en encourageant un dialogue de commercialisation entre les commerçants et les opérateurs de distribution. Cette entrevue interprofessionnelle permettrait d’adapter les prix, car ce n’est pas la même donne pour livrer un meuble ou des produits frais,
  • éditer une facturation plus cohérente qui prend en compte la distance, 
  • améliorer la qualité des services de livraison pour une meilleure traçabilité, éviter les retards de livraison, les ré-étiquetages, évaluer la qualité des services, créer une marque de livraison de confiance, etc.
  • simplifier les réseaux entre les opérateurs locaux pour pallier la complexité des services postaux européens qui ne permet pas de proposer des prix efficaces et une qualité optimum des services de livraison,
  • créer des tableaux de bord sur la qualité du service de livraison pour suivre les tendances et les stratégies des opérateurs de livraisons : réaliser des études de cas pour mettre en exacerbe les bonnes pratiques et améliorer les délais courts, la réussite des premières livraisons, le taux de retour,etc.
  • développer l’intelligence informatique pour surveiller les livraisons et informer les consommateurs en temps réel sur le suivi d’un envoi, etc.
  • gérer harmonieusement les sinistres et les marques de confiance liés à la livraison.
 
Sources :

Auteur : Hélène Guérin

Hélène Guérin
Rédactrice, j'aime m'amuser avec les mots. C'est sûrement dû à ma dyslexie. Pourquoi écrire pour le Web ? Je baigne dedans au quotidien (webdesigner - ergonome) alors je veille sur les dernières technologies.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *