1396-image1-fr1435829518.jpg

TokyWoky, un tchat dédiée aux e-shoppers

Sur la plate-forme TokyWoky, les e-shoppers tchachent entre eux sur les produits ou services d’une boutique en ligne.
 
L’entre-aide entre e-shoppers, c’est l’idée de TokyWoky, une start-up française. Avant d’acheter sur un site, il est toujours bon de récolter des avis sur tel service ou tel produit ou encore demander des conseils. Un vendeur c’est sympathique, mais il est là pour un objectif précis, sa prime. Un tchat entre e-shoppers semble plus sincère et plus fiable.
 
 
La petite start-up française, TokyWoky,  explique :
 

"Notre projet est de rassembler tous ceux qui souhaitent mettre leurs savoirs et leurs passions au service des autres. Chez Toky, on appelle ça un ‘coach’ !"

 

"Notre conviction est qu’il s’agit du meilleur moyen d’instaurer durablement la confiance entre une marque et ses visiteurs en ligne et de lui créer rapidement sa communauté d’ambassadeurs."

 
  
 
Le principe de TokyWoky :

 
Sur les sites qui ont rejoint TokyWoky, tels que L’Oréal Paris, Lancôme, Kiabi, pecheur.com ou wanimo.com vous avez accès à une fenêtre de tchat pour poser vos questions à tous les e-shoppers qui visitent la boutique en ligne. Vous pouvez répondre aux questions des autres clients ou encore consultez toutes vos discussions TokyWoky.
 
 
 
 
TokyWoky booste le taux de conversion
 
 
TokyWoky :

"Le chiffre clé pour nous est le taux de conversion d’un utilisateur de TokyWoky parce qu’il symbolise la confiance que nous avons réussi à créer sur les sites de nos clients en laissant les visiteurs s’entraider. Aujourd’hui il est de 8 % en moyenne, soit 3 à 6 fois plus élevé que le taux de conversion du site sans TokyWoky."

 
  
 
TokyWoky plaît aux marques en demande de fonctionnalités qui instaurent une vraie confiance entre les clients e-commerce et les boutiques en ligne. Les e-shoppers sont impliqués et peuvent devenir des vrais petits ambassadeurs pour les marques et se voir récompenser. 
 
 
 
 
 
 

Auteur : Hélène Guérin

Hélène Guérin
Rédactrice, j'aime m'amuser avec les mots. C'est sûrement dû à ma dyslexie. Pourquoi écrire pour le Web ? Je baigne dedans au quotidien (webdesigner - ergonome) alors je veille sur les dernières technologies.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *