ara

Le smartphone ARA de Google, un brin modulaire pour le fun

Google lance son smartphone modulaire Ara. Inspiré par le Phoneblocks de Dave Hakkens pour limiter l’obsolescence programmée, Google s’y est collé depuis deux ans, mais il a légèrement dévié le sens du concept. Ara se rapproche plus d’un smartphone classique que l’on peut customiser, qu’à un Phoneblocks.

Bon ce n’est qu’un début, la dernière version du smartphone Ara de Google n’est pas vraiment dans la lignée d’un Phoneblock, le concept qui a inspiré le projet.
En 2013, Dave Hakkens présente sa vidéo sur son Phonebloks, un smartphone complètement modulaire pour lutter contre l’obsolescence programmée. Son idée de réduire les déchets électroniques a séduit le web et surtout les consommateurs. Google s’est donc lancé dans le mouvement avec le projet Ara.

Mais contrairement à l’idée initiale, le smartphone Ara ne sera pas entièrement modulaire. La batterie, l’écran, le processeur… feront partie d’un squelette non amovible. Seuls six blocs pourront être remplacés, une caméra un deuxième écran, un scanner… des extensions pour customiser les smartphones.

Ce qui déplaît au concepteur du Phoneblockds, Dave Hakkens

« Les 6 petits blocs à l’arrière du téléphone sont juste des extensions, un meilleur appareil photo, un meilleur haut-parleur, un scanner, etc. Des extensions pour personnaliser votre téléphone, pour le fun. Cela signifie que votre téléphone deviendra encore obsolète après un certain temps. Et que se passe-t-il si l’écran ne répond plus ? Et bien vous devrez remplacer l’intégralité du téléphone. Et après deux ans, il deviendra lent et vous devrez changer entièrement son squelette. »

 

La smartphone Ara sera disponible en 2017. Google pense aussi aux tablettes modulaires.

D’autres smartphones modulaires arrivent sur le marché des mobiles, le smartphone G5 de LG et le Motorola Moto Z. Tout comme Ara, une base fixe avec quelques gadgets amovibles.

 

Sources :
> atap.google.com
> davehakkens.nl
> lemondeinformatique.fr
> frandroid.com

Auteur : Hélène Guérin

Hélène Guérin
Rédactrice, j'aime m'amuser avec les mots. C'est sûrement dû à ma dyslexie. Pourquoi écrire pour le Web ? Je baigne dedans au quotidien (webdesigner - ergonome) alors je veille sur les dernières technologies.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *