1152-image1-fr1365765085.jpg

Le piratage ne nuit pas à l’empire de l’industrie du disque

En mars dernier, une étude européenne, réalisée par l’Institut des Etudes Prospectives Technologiques (IEPT), expliquait : "Nos conclusions suggèrent que le piratage de musique ne devrait pas être vu comme un sujet d’inquiétude croissant pour les titulaires de droits d’auteur dans l’ère numérique."
 
L’étude IEPT, réalisée en 2011 a largement été critiquée par les ayants-droits. Mercredi dernier, Hadopi réagit dans une note :
"L’étude ne démontre absolument pas certaines positions, mises en valeur dans ses conclusions générales, selon lesquelles le piratage de musique numérique ne se substituerait pas aux achats de musique numérique et de fait n’impacterait pas négativement les revenus de la musique dématérialisée."
 
Hadopi estime que l’étude est une « Bullshit » (connerie en anglais). Elle ne démontre pas de "lien de cause à effet entre le téléchargement illégal, le streaming légal et les achats légaux."
 
 
 
L’étude précise : "Tous ces résultats suggèrent que la grande majorité de la musique qui est consommée illégalement par les individus de notre échantillon n’aurait pas été achetée légalement si les sites Web de téléchargement illégal n’étaient pas disponibles."
 
Les conclusions de l’étude de l’IEPT, rejoingnent celles de deux autres études qui démontrent que le P2P boosterait les ventes de musique.
"La récente et relative baisse des ventes de disques n’est pas liée à l’augmentation des échanges de fichiers sur le Net. L’utilisation du P2P aide à promouvoir la musique en permettant aux utilisateurs de faire des tests avant d’acheter. L’utilisation du P2P leur permet de découvrir de nouvelles musiques en profitant spécialement aux indépendants dont l’augmentation des ventes semble spécialement liée au phénomène du P2P."
 
 Souce : pcinpact.com

Auteur : Hélène Guérin

Hélène Guérin
Rédactrice, j'aime m'amuser avec les mots. C'est sûrement dû à ma dyslexie. Pourquoi écrire pour le Web ? Je baigne dedans au quotidien (webdesigner - ergonome) alors je veille sur les dernières technologies.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *