1289-image1-fr1406197499.jpg

Le juste équilibre de Google entre le droit à l’oubli et le droit à l’information

Le nouveau formulaire du droit à l’oubli imposé par la cour européenne à Google énerve les sites d’informations qui voient leurs articles déréférencés.
 
Au mois de mai dernier, la cour européenne oblige Google à mettre en ligne un formulaire de droit à l’oubli concernant les informations d’une personne : si « ces données apparaissent inadéquates, pas ou plus pertinentes ou excessives au regard des finalités pour lesquelles elles ont été traitées et du temps qui s’est écoulé. »
 
Cette nouvelle règle s’applique seulement à Google Europe
 
Google :
 
« Nous tenterons de trouver un juste équilibre entre la protection de la vie privée des individus et le droit du public à accéder à ces informations et à les diffuser. »
 

Le juste équilibre de Google est largement critiqué par les sites d’information européens qui ont vu ses derniers temps, certains de leurs articles déréférencés.
 
 
Paul Bernal, maître de conférence à l’université d’East Anglia en Angleterre, lu sur le journal Le Monde : 
« Je pense qu’ils essaient de dire ”vous voyez, on avait raison ! Cette décision, c’est de la censure ! C’est dangereux !” Ils essaient aussi d’avoir des journalistes comme James Ball (du Guardian) et Robert Peston (de la BBC) dans leur camp, et pas dans celui de la Cour de justice de l’Union européenne… »
 
Aujourd’hui, jeudi 24 juillet, le G29, qui représente les autorités européennes de protection des données, finalise ce "droit à l’oubli" pour clarifier la mise en œuvre de cette décision de justice.
 
 
 
 
 
 Sources :

Auteur : Hélène Guérin

Hélène Guérin
Rédactrice, j'aime m'amuser avec les mots. C'est sûrement dû à ma dyslexie. Pourquoi écrire pour le Web ? Je baigne dedans au quotidien (webdesigner - ergonome) alors je veille sur les dernières technologies.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *