1331-image1-fr1418488516.jpg

Le Bitcoin, l’ère de l’or numérique

Universelle, décentralisée, sous aucun contrôle, auto-régulée, sécurisée, volatile… le Bitcoin est une monnaie virtuelle, peer to peer, qui attire de plus en plus les e-commerçants.
 
 

Le Bitcoin, c’est quoi  ?

 
Appelé monnaie peer to peer, monnaie virtuelle ou monnaie numérique, la première transaction du Bitcoin est réalisée le 3 janvier 2009. Son créateur est resté anonyme. Sous le pseudo Satoshi Nakamoto, il détaille les premières spécifications techniques du projet Bitcoin en 2008. C’est la première monnaie numérique. Jusqu’en 2012, seuls les geeks ou les curieux technophiles se sont intéressés de près au Bitcoin. Et c’est en 2013, que le Bitcoin se hisse en haut de l’affiche. Son cours s’est envolé au-delà des 1 000 dollars.
 
 
 
Anecdote des débuts du Bitcoin : 
 
Kristoffer, un jeune étudiant néerlandais achète en 2009, 5 000 Bitcoins pour 150 couronnes norvégiennes soient 18 euros. En 2013, c’est l’année du Bitcoin. Les médias en parlent de plus en plus. Son cours s’est envolé au-delà des 1 000 dollars. Les 18 euros de Kristoffer se sont transformés 615 000  euros.
 
La volatilité du Bitcoin est l’argument de ses détracteurs, mais beaucoup d’autres voient dans cette monnaie virtuelle, une révolution des échanges de demain.
 
Pour Bill Gates, le Bitcoin est « un tour de force technologique ». Pour les convaincus, le Bitcoin est une révolution au même titre que l’apparition d’Internet.
Pourquoi ? Parce que nous entrons dans l’ère de la e-monnaie. Aucun état ou entreprise n’a le contrôle sur le Bitcoin. Le Bitcoin est une monnaie numérique auto-régulée. Il est totalement fiable, libre, ouvert et géré par les membres d’un réseau dits les mineurs
 
Avec le Bitcoin, plus besoin de banque juste une connexion Internet pour s’échanger du cash numérique, acheter en ligne, boire un café là où les bitcoins sont acceptés…
 
 
Eric Larchevêqueco-fondateurs de la Maison du Bitcoin 
 

"Le bitcoin constitue une rupture technologique comme l’a été Internet. À mon sens c’est véritablement le point de départ d’une nouvelle révolution industrielle. Le protocole mathématique qui le régit est d’une fiabilité absolue. Il permet d’imaginer une nouvelle donne financière, bien au-delà du concept de monnaie. C’est une alternative au système financier actuel, une manière concrète pour le citoyen de devenir sa propre banque en évitant tout intermédiaire."

 
 
 
 
 

 


Comment s’échanger des Bitcoins ?

 
 
Avant de s’échanger des Bitcoins, il vous faudra créer un porte-monnaie virtuel nommé wallet via un petit logiciel qui s’installe sur votre mobile ou ordinateur ou via des sites en ligne. Le porte-monnaie Bitcoin est un fichier wallet.dat. Il doit être sauvegardé. 
 
Grâce à votre porte-monnaie, vous pouvez créer des adresses (dites clés publiques) formées de 34 caractères : 18Orqk5tKkF17NoW6am5rx8K6wUSQAqo1q.
Un porte-monnaie peut contenir plusieurs adresses. Il est recommandé de créer une nouvelle adresse pour chaque transaction.
Pour chaque adresse il existe une clé privée qui rend les transactions fiables et anonymes.
 
Vous pouvez obtenir des Bitcoins en vendant des biens ou des services ou en vous rendant sur des plates-formes en ligne qui vous permettent d’échanger vos euros en Bitcoins (exemples : paymium.com ; lamaisondubitcoin.com).
 
Pour acheter avec des Bitcoins, vous devez récupérer l’adresse du destinataire (un ami, un site e-commence…) et indiquer le montant de la transaction.
 
Toutes les transactions effectuées en Bitcoins sont enregistrées dans un grand livre de compte public accessible par le réseau nommé la blockchain Bitcoin  : montant, adresses du payeur et du destinataire. Il est donc possible de voir toutes les transactions d’une adresse publique. Cette transparence évite la création de faux Bitcoins. L’un des arguments des détracteurs du Bitcoin, est le blanchiment de l’argent sale. Impossible, les gros mouvements seraient vite décelés par le réseau.
 
Les informaticiens du réseau, nommés mineurs, valident et répertorient toutes les transactions en Bitcoin dans le monde. En contrepartie ils sont récompensés en Bitcoins.
 
 
Philippe Herlin  auteur de : « La révolution du bitcoin et des monnaies complémentaires. Une solution pour échapper au système bancaire et à l’euro ? » :
 
« La seule façon de faire fonctionner ce système et de valider les transactions est de suivre à la trace chaque Bitcoin depuis le début, grâce à sa signature. C’est comme une note de service qui passe de bureau en bureau et qui va être tamponnée pour marquer son passage. »

 
 

Le Bitcoin attire le e-commerce

 
Effrayer, apeurer par le Bitcoin ? Le Bitcoin c’est nouveau, c’est de l’argent en jeu, cela attire les plus audacieux, mais cela effraie aussi les États et les banques qui n’ont aucune maîtrise sur le Bitcoin, les utilisateurs qui déjà goûtent aux transactions sans contact avec fébrilité, les commerçants et les e-commerçants qui se méfient de la volatilité du Bitcoin.
Le Bitcoin a besoin de gagner la confiance des internautes. Pour cela, rien de tel qu’un ou plusieurs grands groupes adoptent le Bitcoin : Overstock, Dell, Dish, Paypal, WordPress…
 
Fabrizio Giulio, directeur général d’Expedia.fr :
 
" Adopter les nouvelles technologies, et tout particulièrement sur Internet, est une composante forte de l’ADN d’Expedia. Bitcoin est une ressource formidable pour deux de nos audiences clés : les voyageurs de notre site qui s’intéressent aux moyens de paiement alternatifs, et nos partenaires hôteliers. "

 
" Le paiement en bitcoins peut nous apporter du business en plus notamment via les clients étrangers séduits par ce nouveau mode de paiement. "

 
 

Peter Thiel, Co-Fondateur de Paypal :
 
 "Je pense réellement que Bitcoin est la première monnaie cryptographique qui a le potentiel de changer le monde."

 
 
Le Bitcoin est soumis à la loi de l’offre et la demande. Plus la demande est forte plus le Bitcoin prend de la valeur. La volatilité du Bitcoin peut effrayer les e-commerçants, mais il suffit de convertir les Bitcoins perçus en euros ou autres devises via un site en ligne comme le site paymium.com. Un service qui coûte une vingtaine d’euros par mois, mais qui évite de prendre de risque.
Plus les Bitcoins seront utilisés plus sa volatilité diminuera. Le Bitcoin est limité à 21 millions d’unités. Aujourd’hui environ 13 millions de Bitcoins sont en circulation, ce qui équivaut à une enveloppe de 6 à 7 milliards d’euros. Et tous les jours le nombre de transaction en Bitcoins augmente.
 
 
Philippe Herlin :

 
"Il n’y aura jamais d’inflation monétaire avec ce système, c’est pour cela que j’appelle le Bitcoin de « l’or numérique » car, comme l’or, sa quantité est limitée."

 
Les autres arguments qui pourraient convaincre les e-commerçants :
  • les transferts de Bitcoins s’opèrent en une dizaine de minutes,
  • les frais de transaction sont minimes, loin des frais générés via les cartes bancaires ou via Paypal. Une économie de 3 à 5 % sur le chiffre d’affaire est toujours intéressante,
  • capter l’attention des acheteurs en Bitcoins dans le monde,
  • intégrer les dernières technologies, pour une image innovante,
  • aucune annulation de transaction,
  • des montants illimités.
 
 
Plus de 60 000 commerçants et e-commerçants ont déjà adopté le Bitcoin.
 
 
 
 

L’avenir du Bitcoin

 
Le Bitcoin est encore peu connu. Sa technologie fascine et ses champs du possible sont multiples : e-commerce ; un accès à des services financiers (compte bancaire, carte de crédit…) dans les pays en voie de développement, transférer de l’argent sans frais à l’autre bout du monde…
 
Le Bitcoin, certains lui prédisent un bel avenir, d’autres en ont aucune confiance, d’autres encore pensent que la technologie du Bitcoin sera reprise par les États ou les grands du web pour créer leur propre e-monnaie : e-Dollar, e-Euro, e-Google, e-Apple, e-Amazone…
 
 
 
 
 
 
 
Sources :

Auteur : Hélène Guérin

Hélène Guérin
Rédactrice, j'aime m'amuser avec les mots. C'est sûrement dû à ma dyslexie. Pourquoi écrire pour le Web ? Je baigne dedans au quotidien (webdesigner - ergonome) alors je veille sur les dernières technologies.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *