1129-image1-fr1358758188.jpg

Hommage à Aaron Swartz, un génie de l’Internet libre

En hommage à Aaron Swartz, un génie du Web, des chercheurs du monde entier diffusent gratuitement sur Twitter leurs articles scientifiques sous le hashtag #pdftribute.
 
 
Aaron Swartz : « L’information, c’est le pouvoir. Mais comme tous les pouvoirs, certains veulent le garder pour eux seuls. L’héritage du monde scientifique et culturel, publié depuis des siècles dans des livres et des journaux, est de de plus en plus numérisé et mis sous clé par une poignée d’acteurs privés. (…) Nous devons aller chercher cette information, où qu’elle soit, la copier et la partager »  extrait issu du  Guerilla Open Access Manifesto, juillet 2008.
 

Aaron Swartz harcelé par la justice américaine

 
Pour Aaron Swartz, l’information, la culture, le patrimoine scientifique doivent être accessibles à tous. En juillet 2011, la justice américaine le poursuit pour avoir illégalement téléchargé et diffusé 4,8 millions d’articles scientifiques issus de la base de données de JSTOR, du MIT (Massachusetts Institute of Technology).
 
La procureur Carmen Ortiz voulait faire d’Aaron Swartz un exemple. Le harcèlement de la justice conduit Aaron au suicide à l’âge de 26 ans.
"La mort d’Aaron n’est pas simplement une tragédie personnelle. C’est le produit d’un système de justice pénale qui repose sur l’intimidation et des abus du ministère public […] Le procureur l’a poursuivi sur des charges incroyablement dures, menant jusqu’à potentiellement 30 ans en prison, pour punir un supposé crime qui n’avait pas de victimes." 
Son procès devait s’ouvrir en avril. Il risquait une peine de prison de trente ans. 
 
 

Hommages à Aaron Swartz, un génie du Web

 
À 14 ans, Aaron Swartz participe au développement des flux RSS. Plus tard il apporte son concours pour l’élaboration des licences de libre diffusion Creative Commons, il est co-fondateur du site communautaire de social bookmarking Reddit. En 2010, il créé Demand Progress, un collectif qui a lancé une campagne contre les projets de loi anti-piratage Stop Online Piracy Act.
 
Depuis l’annonce de sa mort de multiples hommages à Aaron Swartz circulent sur le Web : ses amis lui disent au revoir ( Lawrence Lessig fondateur des Creative Commons (CC) ; Cory Doctorow, etc), des chercheurs du monde entier diffusent gratuitement sur Twitter leurs articles scientifiques sous le hashtag #pdftribute, les élèves du MIT se sont recueillis :
 « Je pense que chacun d’entre nous aimerait être un peu plus comme lui .» 

 
 

Une loi Aaron

 
Suite à la mort d’Aaron, Zoe Lofgren, députée de Californie, propose une "Loi Aaron", un amendement à la loi Computer Fraud and Abuse Act (CFAA), en vigueur depuis 1984.
"Utiliser la loi de cette manière pourrait criminaliser de nombreuses activités quotidiennes, et permettre des pénalités outrageusement sévères."
 
La procureur Carmen Ortiz, s’est appuyée sur le CFAA pour soutenir son réquisitoire en 2011 :
"Voler, c’est voler, que vous utilisiez un ordinateur ou un pied-de-biche."

Une pétition demande à l’administration de Barack Obama de démettre de ses fonctions la procureur Carmen Ortiz, accusée de s’être obstinée sur le jeune homme pour en faire un exemple. 
Plus de 45 000 personnes ont signé.
 
Lundi 14 janvier, la justice américaine décide d’abonner les charges contre Aaron.
Depuis quelques semaines, la base de données JSTOR du MIT propose désormais des articles en accès gratuit.
 
 

Auteur : Hélène Guérin

Hélène Guérin
Rédactrice, j'aime m'amuser avec les mots. C'est sûrement dû à ma dyslexie. Pourquoi écrire pour le Web ? Je baigne dedans au quotidien (webdesigner - ergonome) alors je veille sur les dernières technologies.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *