330-image1-fr1245750155.jpg

Hadopi : Nicolas Sarkosy… J’irai jusqu’au bout

Le président de la République a été très clair à l’occasion de son premier discours devant le parlement réuni à Versailles hier. Sur la question du droit d’auteur sur Internet, Nicolas Sarkosy a affirmé : « … J’irai jusqu’au bout… » malgré la censure du Conseil constitutionnel et le désaccord du Parlement européen.
 
Le président veut défendre « … l’avenir de notre culture… et l’avenir de la création… ».  « Comment pourrait-il y avoir dans notre société des zones de non-droit, comment peut-on réclamer en même temps que l’économie soit régulée et qu’Internet ne le soit pas ? » a affirmé haut et fort le chef de l’État. »
 
Mais comment peut-il vouloir aller jusqu’au bout en dépassant crânement les limites fixées par la Constitution, et violant la déclaration des droits de l’Homme de 1789.
 
"Internet est une composante de la liberté d’expression et de consommation" a indiqué le Conseil constitutionnel. "En droit français c’est la présomption d’innocence qui prime", et lors de téléchargement illégaux, … avérés…, c’est à la justice de prononcer une sanction".
 
Le Conseil précise aussi : "La liberté de communication et d’expression, énoncée à l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, fait l’objet d’une constante jurisprudence protectrice par le Conseil constitutionnel… Cette liberté implique aujourd’hui, eu égard au développement généralisé d’Internet et à son importance pour la participation à la vie démocratique et à l’expression des idées et des opinions, la liberté d’accéder à ces services de communication au public en ligne".
 
La suite du feuilleton est attendue prochainement. Mais que va gagner le chef de l’État à rester droit dans ses bottes ? Pas grand chose. Il aura réussi à opposer les artistes et les consommateurs de culture, faute d’avoir réussi à réfléchir sur une nouvelle économie numérique.
 
Lire aussi :

Auteur : Denis ALLARD

Denis ALLARD
Rédacteur Web sur le blog studiovitamine depuis 2009, j'ai pu mesurer l'évolution fulgurante du web, des nouvelles technologies, du e-commerce... Quand je n'écris pas pour le web, je me consacre à l'ergonomie, au référencement naturel et à la formation universitaire des futurs concepteurs de sites...

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *