Share apps between digital devices or tablets

Google delabellise les sites e-commerce « mobile-friendly » avec une pop-up plein ecran pour telecharger une application

Google peaufine son label Moble-Friendly et exclut désormais les sites qui, à l’ouverture, affichent une pop-up plein écran proposant de télécharger leur application. Google souhaite que le contenu soit toujours accessible pour « une bonne expérience de recherche ».
Certains diront que les utilisateurs sont blasés des pop-up intrusives. Ce qui n’est pas faux. Google pense avant tout à l’expérience utilisateur. Surtout qu’il n’interdit pas les invitations à télécharger les applications. Les pop-up promotionnelles peuvent être plus discrètes à la manière d’une bannière dans le header comme le suggère Google.
D’autres, comme Yelp, Pinterest et LinkedIn, diront que Google abuse énormément et souhaite tout simplement que les internautes restent sur les pages de son moteur de recherche. Son seul intérêt de sanctionner les sites qui redirigent les utilisateurs vers une page leur proposant de télécharger l’application du site, est d’asseoir son monopole.
Et d’autres encore pensent que Google, à terme, veut bannir les applications mobiles. Si c’est le cas, le e-commerce verra fuir ses fidèles clients. Car il est bon de rappeler que les applications mobiles ont bien boosté le chiffre d’affaire des boutiques en ligne : expérience utilisateur privilégiée, grande fidélité des internautes, moins de comparaison avec les concurrents, plus de conversions, géolocalisation… et l’utilisateur porteur d’une application d’une marque dépense environ 60 % de plus qu’un utilisateur sans application.
Quoiqu’il en soit le nouvel algorithme Mobile-Friendly sera opérationnel à partir du 1er novembre 2015.
Infographie : Les porteurs d’application sont les meilleurs clients d’une marque !
Lire l’article “Infographie L’application, outil efficace de m-commerce” sur ecommercemag.fr


Auteur : Hélène Guérin

Hélène Guérin
Rédactrice, j'aime m'amuser avec les mots. C'est sûrement dû à ma dyslexie. Pourquoi écrire pour le Web ? Je baigne dedans au quotidien (webdesigner - ergonome) alors je veille sur les dernières technologies.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *