L'Autorité de la Concurrence sanctionne 20 entreprises de messageries (livraison de colis) pour une entente concertée sur la hausse des prix tarifs annuels et la répercussion de la hausse du prix du gazole.

20 entreprises de livraison sanctionnées pour une entente sur la hausse des prix

L’Autorité de la Concurrence sanctionne 20 entreprises de messageries (livraison de colis) pour une entente concertée sur la hausse des tarifs annuels et la répercussion des prix du gazole.

Entre 2004 et 2010, 20 entreprises de messageries se sont rencontrées régulièrement pour s’accorder sur la hausse tarifaire annuelle et faire payer les variations du prix du gazole par leurs clients.

 

L’Autorité de la Concurrence :

“Des tours de table étaient régulièrement organisés en amont et en aval des campagnes de revalorisation tarifaire, ce qui permettait aux entreprises d’homogénéiser leurs demandes tarifaires et de sécuriser leurs négociations commerciales. Les discussions étaient tenues secrètes et ne faisaient l’objet d’aucun compte rendu officiel.

À titre d’exemple, lors des négociations commerciales 2006-2007, la plupart des entreprises, qui envisageaient initialement une hausse tarifaire d’environ 5 %, ont, à la suite des échanges d’informations, rehaussé leurs demandes vers un niveau supérieur, autour de 7 %.”

 

Résultat, une amende 672 millions d’euros a été accordée aux 20 entreprises pointées par L’Autorité de la Concurrence :

20 entreprises de livraison sanctionnées pour entente sur la hausse des prix

Le e-commerce directement affecté

Les gros clients de ces entreprises frauduleuses pouvaient encore négocier. Mais les petites et moyennes entreprises (PME) n’avaient pas le poids suffisant pour s’imposer. Au final ce sont les consommateurs qui ont payé des frais de livraisons plus onéreux.

Comme le souligne l’Autorité de la Concurrence, les e-commerçants qui dépendent des entreprises de transport de colis ont été largement impactés. Entre 2005 et 2012, les ventes de biens et de services en ligne se sont multipliés par cinq.
Sachant que la livraison est le nerf du e-commerce, cette entente entre les acteurs du transport de colis a dû bien énerver les e-commerçants.

 

Source :
> autoritedelaconcurrence.fr : 15 décembre 2015 : Secteur de la messagerie (transport de colis)

Auteur : Hélène Guérin

Hélène Guérin
Rédactrice, j'aime m'amuser avec les mots. C'est sûrement dû à ma dyslexie. Pourquoi écrire pour le Web ? Je baigne dedans au quotidien (webdesigner - ergonome) alors je veille sur les dernières technologies.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *